play_arrow

keyboard_arrow_right

Listeners:

Top listeners:

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
chevron_left
chevron_left
  • play_arrow

    En direct

L’histoire de Radio Neptune

Arrière-plan

1982 : l’époque radios libres

Mars 1982 : nous sommes au début de l’aventure des radios libres (auparavant, les seules stations FM étaient 3 antennes du service public). Dans un  garage, trois lycéens proposent une émission de 2 heures, sur une fréquence libre. La radio est alors une activité proposée par une Maison de quartier brestoise installée rue Neptune, d’où son nom. Pour cette première, Jean Le Corvoisier, électronicien de formation, a fabriqué tout le matériel, des micros à l’antenne, en passant par la console.


En 1983, Radio Neptune reçoit officiellement son autorisation d’émettre. La radio se développe rapidement : elle diffuse 24 heures sur 24, l’équipe compte jusqu’à 80 personnes, du matériel professionnel remplace celui des débuts.

2020 : année de tous les chantiers

Les locaux, vétustes, sont entièrement réaménagés.

Le propriétaire finance les travaux. La radio se concentre sur un seul étage, les dons des auditeurs ainsi qu’une subvention d’équipement du Ministère de la Culture et le soutien de la région Bretagne permettent de renouveler intégralement le matériel, des micros jusqu’à l’émetteur.

La table de mixage principale est remplacée après 20 ans de service, ainsi que le faisceau hertzien, l’ensemble du système de diffusion et d’enregistrement. 

Le site internet est refondu, un nouveau logo est choisi, une nouvelle éuipe se constitue peu à peu.

Forte audience, faibles finances

Première radio associative de Bretagne en audience cumulée, Radio Neptune est aussi l’une des radios locales les moins aidées financièrement. Radio associative sans publicité de catégorie A, elle est financée ainsi :  ministère de la Culture : 66%, dons des auditeurs : 14%, Conseil régional de Bretagne : 11%, Ville de Brest (9%).

Le Conseil départemental du Finistère attribue chaque année 100 000 € à deux radios bretonnantes, ce dont on ne peut que se réjouir, mais il, a jusqu’à ce jour, systématiquement rejeté toutes nos demandes.  

0%